Jérôme de LA GORCE

Jérôme de LA GORCE

Centre National de la Recherche Scientifique
Directeur de recherche émérite

Adresse

Centre André Chastel - Galerie Colbert
2, rue Vivienne
75002 Paris
France

Coordonnées

Email:

Partager cette page

Twitter Facebook Google LinkedIn Print E-mail

Fils d'un artiste peintre, Jérôme de La Gorce est habitué très jeune à fréquenter les monuments et les musées tant en France qu'en d'autres pays d'Europe, notamment en Italie, où il se rend souvent, l'été. Dès l'âge de quatre ans, il est également attiré par la musique et joue bientôt de plusieurs instruments (piano, orgue, flûte traversière) avant d'étudier l'harmonie. A dix-huit ans, après des études de latin, d'anglais et d'allemand, il entre à l'Université de Paris-Sorbonne, où il suit à l'Institut de la rue Michelet un double cursus en musicologie et en histoire de l'art. Au niveau de la thèse (troisième cycle), il s'inscrit auprès de Jacques Thuillier qui devient son maître jusqu'à l'Habilitation à diriger des recherches. En 1980, il entre au CNRS et continue à pratiquer les deux disciplines universitaires au Centre d'Iconographie musicale, dont le directeur est Jacques Thuillier.

Publications depuis 2001, dans le cadre du Centre André Chastel.

À paraître

La Gorce Jérôme de, « Les recherches de Prunières à travers La Vie illustre et libertine de Jean-Baptiste Lully », in Actes de la journée d’études organisée par l’IRPMF en hommage à Henri Prunières, 3 décembre 2009, à paraître. Voir la notice

À paraître

La Gorce Jérôme de, « L’évolution de l’orchestre à cinq parties et la suppression de la quinte de violon », in Les Cordes de l’orchestre français sous le règne de Louis XIV : instruments, répertoires et singularités, actes du colloque international organisé à la Bibliothèque municipale de Versailles du 22 au 24 septembre 2011, à paraître. Voir la notice

À paraître

La Gorce Jérôme de, « Des Bâtiments du roi aux Menus Plaisirs : la création de la salle des ballets à Versailles par Hardouin-Mansart et Carlo Vigarani », in Jules Hardouin-Mansart, colloque international organisé par le Centre allemand d’histoire de l’art (Paris) et le Centre de recherche du château de Versailles, 11-13 décembre 2008, Paris, Édition de la Maison des sciences de l’homme, à paraître. Voir la notice

2016

Bouffard Mickaël et La Gorce Jérôme de, « The Convergence of Dancing and Drawing Practices under the Reign of Louis XIV: The Costume Designs from the Edmond de Rothschild Collection at the Louvre », Dance Research, vol. 34, n° 1, hiver 2016, p. 1-29. Voir la notice

2016

La Gorce Jérôme de, « Les Menus Plaisirs et leur rôle à Versailles sous l’Ancien Régime », « Les derniers carrousels à Versailles », « Le répertoire de ballet et d’opéra » (avec Benoît Dratwicki), « Mascarade », « Illuminations et feux d’artifice » (avec Gaëlle Lafage) et quarante-quatre notices pour soixante-neuf objets, in Fêtes et divertissements à la Cour [cat. expo., Établissement public du château de Versailles, 29 novembre 2016-26 mars 2017], dir. É. Caude, J. de La Gorce et B. Saule, Paris, Gallimard, p. 16-23, 65-72, 99-111, 286-287, 347-361. Voir la notice

2016

La Gorce Jérôme de, « Migrations des artistes italiens en France (1650-1789) », in Encyclopédie pour une histoire nouvelle de l'Europe [en ligne], Labex EHNE, article mis en ligne le 11 janvier 2016, URL : ehne.fr/notice/lart-en-europe/migrations-et-identites-artistiques/migrations-des-artistes-italiens-en-france-1650-1789. Voir la notice

2016

La Gorce Jérôme de, « La salle du Manège de la Grande Écurie », « Les maison de bois pour les bals de la reine », in Architectures de théâtre à Versailles. Lieux présents et lieux disparus, dir. Béatrix Saule et Élisabeth Caude, Arles, Éditions Honoré Clair, 2016, p. 90-105, 124-151. Voir la notice

2016

Caude Élisabeth, La Gorce Jérôme (de) et Saule Béatrix (dir.), Fêtes et divertissements à la Cour [cat. expo., Établissement public du château de Versailles, 29 novembre 2016 – 26 mars 2017], Paris, Gallimard, 2016, 390 p. Voir la notice

2015

La Gorce Jérôme de, « Les pompes funèbres de Paris et de Saint-Denis sous le règne de Louis XIV. L’avènement de la grandiloquence », in Le roi est mort. Louis XIV, 1715 [cat. expo., Établissement public du château de Versailles, 27 octobre 2015 – 21 février 2016], dir. sc. Gérard Sabatier et Béatrix Saule, Paris, Éditions Tallandier, 2015, p. 92-101, notices 181 et 187, p. 247-250. Voir la notice

2015

La Gorce Jérôme de, « Un projet méconnu de Servandoni : le décor d’un feu d’artifice pour la naissance d’un nouvel héritier du trône (1732) », in Le Dessin d’architecture dans tous ses états. 2. Le dessin d’architecture, document ou monument ?, dir. Claude Mignot, textes réunis par Cordélia Hattori, Paris, Société du Salon du dessin, 2015, p. 65-72. Voir la notice

Dès son entrée au CNRS en 1980, Jérôme de La Gorce poursuit ses recherches sur l'Opéra en France sous le règne de Louis XIV, dont il vient de livrer un aspect, le merveilleux, lors de la soutenance de sa thèse de troisième cycle (1978). Dans ce travail composé de trois volumes, il n'étudie pas seulement les sources d'archives et les partitions des compositeurs, mais consacre également de nombreuses pages aux costumes, aux machines et aux décors utilisés dans les spectacles. Ses compétences à reconnaître les "mains" des dessinateurs le conduisent bientôt à publier des articles et à participer à des expositions. Son premier livre, Berain, dessinateur du Roi Soleil, publié en 1986, renouvelle du reste, grâce à ces qualités, les connaissances publiées en 1937 par Roger-Armand Weigert, consacrées à cet artiste. D'autres ouvrages ne tardent pas à paraître sur des sujets variés: Marin Marais (avec Sylvette Milliot, Paris, Fayard,1991), L'Opéra à Paris au temps de Louis XIV: histoire d'un théâtre (Paris, Desjonquères, 1992), Lettres sur l'Opéra de Louis Ladvocat (édition critique, Paris, Cicero éditeurs, 1993), Féeries d'opéra. Décors, machines et costumes en France:1645-1765 (Paris, Editions du patrimoine, 1997). Pendant cette période, il organise plusieurs colloques internationaux ayant pour titres, Jean-Philippe Rameau (Dijon, 1983) et avec Herbert Schneider, Jean-Baptiste Lully (Heidelberg, Saint-Germain-en-Laye, 1987). Les actes donneront naissance à de gros volumes et l'inciteront à entreprendre bientôt avec son collègue allemand la direction d'une nouvelle édition des oeuvres complètes de Lully. A propos de ce compositeur, il rédigera également un livre de plus de neuf cents pages, qui recevra dès sa sortie en 2002 un prix de l'Académie des beaux-arts.

Après cette récompense et son installation au Centre André Chastel, il va cependant davantage se tourner vers l'histoire de l'art, discipline qu'il s'était éfforcé de pratiquer lors d'expositions à Paris, à Saint-Germain-en-Laye, à Versailles ou d'un colloque organisé en 1992 à Nancy pour célébrer la mémoire de Jacques Callot. Dès 2004, il conçoit avec un architecte italien, Walter Baricchi un congrès international à Reggio d'Emilie et à Versailles, consacré à Gaspare et Carlo Vigarani, décorateurs ayant servi les cours de Modène et de France sous le règne de Louis XIV.  Bientôt, il est appelé à apporter son concours à l'Ecole doctorale de l'Université de Florence, où il devient successivement membre du "Collegio docente" et "expert". A Versailles, il entre dans le comité scientifique du Centre de recherche du château et écrit souvent pour les catalogues des grandes expositions qu'on y donne. Mais durant cette seconde période, il  passe une grande partie de son temps à la rédaction d'un catalogue de dessins peu connus, conservés dans le fonds des Menus Plaisirs du roi aux Archives nationales, qui va donner lieu en 2011, aux côtés de Pierre Jugie, à une exposition à l'hôtel de Soubise, à la parution d'un catalogue illustrant cet événement et à une base de données regroupant l'ensemble de la collection (soit 757 dessins et 109 estampes sur la base ARCHIM). Depuis cette manifestation, il continue à étudier les feuilles concernant les spectacles, les fêtes et les grandes cérémonies religieuses sous l'Ancien Régime. Avec Paulette Choné, il publie en 2015 un livre révélant de magnifiques costumes de Bellange et de Berain, retrouvés dans un portefeuille du duc d'Aumale au musée Condé de Chantilly.

  Habilité à diriger des recherches, Jérôme de La Gorce consacré une partie de son temps à l'enseignement dans l'université à laquelle le Centre André Chastel est associé (Paris-Sorbonne), et où il a reçu sa double formation d'historien d'art et de musicologue. A côté d'un cours de méthodologie (niveau Master 2), intitulé "Lecture et analyse de documents d'archives des XVIIe et XVIIIe siècles" (26 heures par année universitaire), il assure également un séminaire de même durée portant sur les "arts de l'éphémère à l'époque moderne", soit sur les spectacles, les fêtes et les cérémonies, organisés en Europe pendant cette période. Ce domaine de recherce, véritablement interdisciplinaire, n'étant pas jusqu'à présent enseigné à l'Université de Paris-Sorbonne, Jérôme de La Gorce espère combler ainsi une lacune en comparaison à la pratique qu'on observe dans d'autres pays, notamment en Allemagne et en Italie.