Rodin vu d'Italie

Rodin vu d'Italie

Aux origines du mythe rodinien en Italie (1880-1930)

Twitter Facebook Google LinkedIn Print E-mail
Rodin vu d'Italie. Aux origines du mythe rodinien en Italie (1880-1930), Barbara Musetti, 2017
Paris, Mare & Martin, 2017, 556 pages
9791092054736
€ 38,00
  • Barbara Musetti a soutenu sa thèse doctorale à l'université Paris-Sorbonne Paris IV, au sein du Centre André Chastel. Il s'agit ici de la publication de cette thèse.
  • L'ouvrage a été publié avec le concours du Centre André Chastel, de l'ED 6 de l'université Paris-Sorbonne, du Fonds d'intervention pour la recherche, de la mission aux Commémorations nationales du ministère de la Culture et de la Communication, des Amis du musée Rodin.

Les relations entre Rodin et l’Italie contemporaine demeurent jusqu’à présent peu étudiées, souvent oubliées par l’historiographie rodinienne explorant plus volontiers l’Antiquité et la Renaissance, considérées comme les seules pierres de voûte de l’œuvre monumentale du maître. Aux yeux du sculpteur, la tradition transalpine n’est décidément pas comme les autres, car c’est en Italie que s’enracine l’œuvre de Michel-Ange, idole rodinienne et mythe fondateur de sa création.

Conscient du retard dans lequel se trouvait le milieu artistique italien depuis plusieurs décennies, Rodin comprend que sa « conquête » ne sera pas chose simple. (S’) exposer pour expliquer : voilà comment pourrait-on résumer la stratégie rodinienne en Italie.
Ce qui implique, tout d’abord, une participation aux principales expositions nationales ainsi qu’à la toute nouvelle Biennale de Venise. Si ces participations contribuent au positionnement de l’œuvre du sculpteur au sein du débat critique italien, cette réception passe également par un réseau de relations élaboré, mis au point par l’artiste, afin que ses œuvres soient acquises par des collections publiques. Par conséquent, avant l’œuvre, c’est souvent l’homme qui est mis en avant, jusqu’à ce que l’une et l’autre se superposent. En creux se dessine une image du génie qui, peuplée de lieux communs, trahit une vénération digne du « star system », encouragée par le cinéma naissant.

L’histoire de la présence, de la compréhension (et de l’incompréhension) de l’artiste en Italie coïncide donc avec l’histoire de ce pays, de ses institutions culturelles, de sa critique d’art et de l’évolution du goût de son peuple.
C’est l’histoire de la vie d’un artiste au destin « mythique » qui croise celle d’un pays au passé glorieux. De cette rencontre, tous deux sortiront à jamais changés.

Ouvrages

N°197/2017-3

Regards français sur l'art européen au XIXe siècle

N° 196/2017-2

De l'art conceptuel au Land Art

Les décors des villas et palais du Cinquecento