Poussin et Dieu

Poussin et Dieu

Twitter Facebook Google LinkedIn Print E-mail
Poussin et Dieu, dir. M. Szanto et N. Milovanovic, 2015
Paris, Éditions Hazan et Musée du Louvre, collection « Catalogues d'exposition », 2015, 488 pages
978-2-7541-0826-3 et 978-2-35031-506-5
€ 45,00
  • Ouvrage sous la direction de Nicolas Milovanovic (conservateur en chef, musée du Louvre) et Mickaël Szanto (maître de conférences université Paris Sorbonne, Centre André Chastel)

 

Catalogue et album officiels de l’exposition Poussin et Dieu au musée du Louvre du 2 avril au 29 juin 2015. Poussin est le plus grand peintre français du XVIIe siècle. Figure du « peintre poète » inspiré par Ovide ou Virgile, modèle du « peintre philosophe » imprégné des vertus antiques, il est l’auteur d’un œuvre aux résonances multiples dont la dimension chrétienne a été trop souvent négligée, voire contestée. Peintre des Nymphes endormies et des grands moments de l’histoire ancienne, le maître français fut aussi et surtout le peintre des Évangiles. Repenser la peinture de Poussin à l’aune de la religion permet d’apporter un regard nouveau sur la puissance imaginative d’un artiste d’exception, capable de mêler le profane et le sacré pour mieux méditer les mystères de la religion.

À l’occasion du 350e anniversaire de la mort de l’artiste (1665), l’exposition au musée du Louvre a pour ambition de mettre en lumière l’originalité de la peinture sacrée de Nicolas Poussin, source d’une réflexion personnelle sur Dieu. Ce catalogue, qui reproduit nombre de ses plus grands chefs-d’œuvre, entend apporter un éclairage nouveau sur son œuvre selon trois orientations principales : la manière dont l’artiste s’inscrit dans le contexte de la tradition catholique issue de la Contre-Réforme ; l’originalité, voire l’audace de ses inventions iconographiques, nourries à la source des Écritures et de l’exégèse des Pères de l’Église, l’artiste allant jusqu’à mêler les traditions sacrée et profane ; la centralité de la figure du Christ, souvent dissimulée derrière des sujets et des personnages de l’Ancien Testament. Les grands formats religieux sont présentés, qui redonnent la dimension monumentale et spectaculaire de l’œuvre sacré de Poussin, mais aussi les Saintes Familles, véritables icônes du Grand Siècle, qui ont été l’un des fils conducteurs de son art tout au long de sa carrière. L’importance de ses amitiés chrétiennes est mise en valeur, à travers les portraits de ses plus fervents admirateurs, le Romain Cassiano dal Pozzo et le Français Paul Fréart de Chantelou, célèbres commanditaires l'un et l'autre des séries des sept sacrements.
Peintre de la Vierge et des sacrements de l'Église, l’artiste a su également développer dans sa peinture – une section sera consacrée à ce thème – une méditation sur l’ordre du monde, les évènements de l’ici-bas, les péripéties de la vie humaine, placés sous l’autorité de la divine providence.
Les dernières sections traitent les sujets de la vie du Christ et de Moïse, omniprésents dans les tableaux tardifs de Nicolas Poussin.
Enfin, la dimension méditative, voire mystique de sa peinture, est évoquée dans les grands paysages exécutés à la fin de vie.

Ouvrages

Limites ; méthodes et disciplines

Instruction visuelle et conservation des espèces dans l’État de New York (1869-1914)

portraitiste du monde sauvage

histoire d'un dispositif