Les vitraux de Basse-Normandie

Les vitraux de Basse-Normandie

Twitter Facebook Google LinkedIn Print E-mail
Martine Callias-Bey & Véronique David
Martine Callias-Bey & Véronique David
Les vitraux de Basse-Normandie, 2006
Rennes, Presses de l'Université de Rennes (PUR) et Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet, 2006, 256 p. Corpus Vitrearum - France, série Recensement des vitraux anciens de la France VIII.
2-7535-0337-0 et 2-84706-240-8
€ 34,00
  • Ouvrage de Martine Callias-Bey et Véronique David, avec les photographies de Pascal Corbierre

La collection du Recensement des vitraux anciens de la France, qui s’inscrit dans la série internationale du Corpus Vitrearum, a été créée en 1978 pour offrir aux spécialistes le résultat de l’inventaire des vitraux français antérieurs à la Révolution. Elle présente une analyse iconographique, technique et stylistique de ces vitraux et des restaurations dont ils ont pu faire l’objet, accompagnée d’un important appareil critique. Les créations des XIXᵉ et XXᵉ siècles rencontrées au fil de l’étude y sont également évoquées. Ce huitième volume vient compléter le Recensement des vitraux de la Haute-Normandie paru en 2001. 

La Basse-Normandie possède un patrimoine vitré, rescapé de l’intensité des bombardements de 1945, méconnu et insoupçonné à ce jour. Cet ouvrage présente pour la première fois un recensement de près de 400 verrières réparties tant dans les édifices religieux et civils que dans les musées des trois départements du Calvados, de la Manche et de l’Orne.

Les siècles s’y succèdent, développant clairement chacun sa particularité : la verve des verrières du XIIIᵉ siècle, comme dans les cathédrales de Coutances ou de Sées, un XIVᵉ siècle particulièrement bien représenté avec ses nombreux exemples de jaune d’argent, l’affirmation d’un style puissant durant tout le XVᵉ siècle. Parmi les chefs-d’œuvre de la Renaissance figureront désormais les verrières remarquables d’Alençon, d’Argentan ou ce qui subsiste de Longny-au-Perche.

À cette occasion, des noms de maîtres et d’artisans sortent de l’anonymat et nous permettent de commencer à appréhender la genèse des œuvres, tout autant que nous le permet Arnoult de Nimègue, auteur déjà bien connu d’une verrière à Saint-Lô.

Des photographies remarquables, réalisées exclusivement en couleur dans des conditions souvent difficiles, nous convient à la découverte de ces fascinantes peintures de lumière.

 

Ouvrages