Style, culture et société. La sculpture religieuse en France de la Restauration à la fin du Second Empire (1820 - 1870)

Style, culture et société. La sculpture religieuse en France de la Restauration à la fin du Second Empire (1820 - 1870)

Twitter Facebook Google LinkedIn Print E-mail

Résumé et jury

  • Entre 1820 et 1870, l’État et les villes françaises mettent en œuvre, à grands renforts budgétaires, une commande massive destinée à pourvoir les lieux de culte d’une statuaire monumentale à vocation liturgique et didactique. Une première partie est consacrée à l’approche synoptique de la sculpture religieuse du XIXe siècle, par l’entremise des grands programmes. Celle-ci permet de porter un regard d’ensemble sur une évolution chronologique rendue complexe par la variation des attentes et des ambitions, et ainsi de prendre conscience du statut de frontispices culturels qu’acquièrent, grâce à la sculpture, les édifices religieux. Cette étude montre d’ailleurs les places éminentes qu’occupent généralement au sein de ces ensembles sculptés le Christ, la Vierge et leur association dans la Pietà, auxquels est consacrée la deuxième partie. L’espace liturgique qu’initie la Restauration hérite de la Révolution et de l’Empire d’une dimension expiatoire. C’est cette douleur mêlée de foi et d’espérance qui guide l’exécution des Vierges à l’Enfant, des Christs crucifiés et des Pietà, leur attribuant une fonction de pôles liturgiques déterminante. La période connaît enfin, en terme de représentation hagiographique, un foisonnement étonnant. La troisième partie étudie l’importance numérique des saints comme le moyen dont use la restauration du culte pour favoriser une relation intercessionnelle de tout temps forte en France. Un triple dialogue est alors mis en évidence : celui des artistes dans le temps, celui des sujets dans l’imaginaire théologique et théocratique, et celui des formes dans les recoupements parfois surprenants des généalogies stylistiques.

Style, culture and society. Religious sculpture in France from the Restauration to the end of the Second Empire (1820-1870)

  • Between 1820 and 1870, the State and the French cities are implementing - using a great budget - a massive order to fill the churches with monumental sculptures to serve a liturgical and educational purpose. The first part of this study examines the synoptic approach to religious sculpture of the nineteenth century, through the major programs. This leads to an overall view of a chronological evolution complicated by changes in expectations and ambitions and therefore to be aware of the status of cultural frontispieces that churches had acquired trough sculpture. This study also shows the prominent places that Christ and the Virgin generally occupy within these carved sets. The liturgical space initiated by the Restauration inherits expiatory dimension from the Revolution and the Empire. This pain mixed with hope and faith guided the execution of the Virgin and Child, crucified Christs and Pieta, giving them a decisive liturgical function. The period finally knows, in terms of hagiographic representation, a surprising abundance. The third part examines the numerous representations of the saints as a mean used by the restoration of religion to foster an intercessional relationship that has always been strong in France. Hence, a triple dialogue is highlighted : one between artists in time, one between subjects in the theological and theocratic imaginary, and one between forms in the overlaps - sometimes surprising - of stylistic genealogies.

Jury

  • M. Boespflug (Strasbourg 2)
  • M. Foucart (Paris 4)
  • M. Jobert (Paris 4)
  • Mme Le Normand-Romain (Toulouse 2)
  • M. Peyrusse (Toulouse 2)
  • M. Tillier (Dijon)

Directeur de thèse

Infos complémentaires

Statut de la thèse

Statut de la thèse: 
Soutenue

Date de soutenance

Date de soutenance: 
21/06/2011

Fichier attaché

Fichier attachéTaille
PDF icon Position de thèse de Clélia Simon1.47 Mo