Laboratoire de recherche en histoire de l’art

Nouveau Monde et Nouveau Mythe. Mutations du surréalisme de l’exil américain (1941) à “l’Écart absolu” (1965)

Nouveau Monde et Nouveau Mythe. Mutations du surréalisme de l’exil américain (1941) à “l’Écart absolu” (1965)

Twitter Facebook Google LinkedIn Print E-mail

Résumé et jury

  • À partir de 1941, de nombreux surréalistes doivent fuir hors de l’Europe afin d’échapper à la guerre. L’exil aux États-Unis s’avère être un lieu et un moment du surréalisme particulièrement fertile en termes de mutations et d’influences. Gordon Onslow-Ford, Yves Tanguy, Kurt Seligmann, Roberto Matta, Leonora Carrington, Max Ernst, Wifredo Lam, André Masson, etc., participent à cette nouvelle aventure de l’esprit. Ce travail interroge les revues View, Dyn, VVV, Instead et les manifestations artistiques telle l’exposition First Papers of Surrealism, et décrypte les nouveaux centres d’intérêt que le pays suscite. Roberto Matta et Marcel Duchamp deviennent des acteurs importants de la transformation du surréalisme en développant des concepts liés à la transparence, à l’espace et au temps. L’alchimie, l’occultisme, l’ésotérisme sont d’autres territoires convoqués par André Breton dans une tentative d’élaboration d’un nouveau mythe. Les civilisations amérindiennes, (Hopi, Zuni, Navajo) et précolombiennes nourrissent aussi d’un sang nouveau les perspectives du mouvement. Enfin, la philosophie de Charles Fourier et le concept d’Écart absolu deviennent la base d’un état d’esprit résolument ancré dans l’expression de la liberté à tout prix. L’exil américain apparaît donc plus comme un nouveau départ qu’une fin annoncée du surréalisme et constitue une nouvelle façon d’approcher l’art surréaliste des années 1950-1960.

New World and New Myth. Mutations of surrealism from American exile (1941) to the exhibition “l’Écart absolu” (1965)

  • Starting in 1941, many artists must flee Europe to escape the war. This exile to the United States turns out to be a particularly rich phase for Surrealism, open to changes influences. Gordon Onslow-Ford, Yves Tanguy, Kurt Seligmann, Matta, Leonora Carrington, Max Ernst, Wifredo Lam, André Masson, etc., all participate in this new adventure of the mind. The present work investigates publications such as View, Dyn, VVV, Instead, as well as artistic events, such as the exhibition First Papers of Surrealism ; it deciphers the avenues of exploration opened to surrealist artists in this new country. Roberto Matta and Marcel Duchamp become the main actors in the evolution of Surrealism by developing concepts linked to transparency, space and time. Alchemy, occultism, esotericism are other territories studied by André Breton to create a new myth. Amerindian civilizations, such as the Hopi, the Zuni, the Navajo, and the pre-Columbians, are also studied, and bring a new blood to the movement. Lastly, the philosophy of Charles Fourier and the concept of « Écart absolu », provide the foundation of a mindset resolutely anchored in the expression of freedom. The American Exile, thus, seems more like a new departure than an announced death for Surrealism; it constitutes a new approach to the surrealist art of the 1950’s-60s.
  • Mots-clés : Surréalisme, Breton, Duchamp, Matta, Onslow-Ford, Tanguy, Seligmann, Carrington, Ernst, Lam, Brauner, Masson, Miro, Péret, États-Unis, Kachina, Fourier, Guggenheim, Exil, Seconde Guerre mondiale, Ésotérisme, Occultisme, Alchimie, Hopi, Zuni, Navajo, Laloy, Crépin, Tarot, Vvv, View, Dyn, Indiens, Mythe, Grands Transparents, Écart absolu, Nouveau Monde.
  • Thèse publiée à Dijon, Presses du Réel, 2007.

Directeur de thèse

Infos complémentaires

Statut de la thèse: 
Soutenue
Date de soutenance: 
08/12/2004