Maisons ordinaires à Paris, 1650-1790

Maisons ordinaires à Paris, 1650-1790

Twitter Facebook Google LinkedIn Print E-mail

Résumé et jury

  • Les ouvrages sur l’architecture et l’urbanisme français ne font souvent qu’effleurer les “petites maisons”. Pourtant il s’agit d’une part d’un patrimoine déjà disparu ou en danger, car situé au cœur de la ville contemporaine, ayant souvent gardé sa fonction première : le logement, régulièrement réparé mais modernisé et par là dénaturé. D’autre part c’est là le témoin principal de ce qui fut le cadre de vie de nos ancêtres vivant en milieu urbain. Le but de notre thèse est ainsi d’analyser les fonctions et de dresser un panorama de cette architecture à Paris entre 1650 et 1790. Du fait qu’il apparaît aujourd’hui primordial d’approfondir les connaissances sur la fonction des espaces, notre analyse définit dans un premier temps les caractéristiques fonctionnelles de cette architecture à travers l’examen des destinations, l’exploitation et la conception des maisons ordinaires à Paris sous l’Ancien Régime. Puis nous proposons une typologie du bâti en déterminant les particularités des parcelles (formes et superficies), des implantations géographiques, des formes esthétiques ainsi que les matériaux de construction. Enfin nous disséquons les descriptions des distributions ordinaires en observant la chronologie, l’organisation et la terminologie des espaces intérieurs pour ensuite comparer ces maisons réelles avec celles proposées par les théoriciens.

Jury

  • Mme Françoise Boudon (CNRS)
  • M. Jean-Louis Harouel (Paris 2)
  • M. Claude Mignot (Paris 4)
  • M. Bruno Tollon, prés. (Toulouse 2)

Directeur de thèse

Infos complémentaires

Statut de la thèse

Statut de la thèse: 
Soutenue

Date de soutenance

Date de soutenance: 
05/12/2006

Fichier attaché

Fichier attachéTaille
PDF icon Position de thèse de Linnea Rollenhagen Tilly809.83 Ko