Les marchands de couleurs à Paris au XIXe siècle

Les marchands de couleurs à Paris au XIXe siècle

Twitter Facebook Google LinkedIn Print E-mail

Résumé et jury

  • Quel est le point commun entre madame Haro, " la bien bonne amie " de Ingres, le " vieil ami Mulard " de Renoir et ce " brave Tanguy " de Van Gogh ? Leur métier, celui de marchands de couleurs pour artistes. En réalité, seule la dénomination leur est commune, puisque chacun conçoit son activité de manière différente. Il existe plusieurs métiers de marchands de couleurs et ce travail se propose de les analyser dans le cadre de l'histoire de l'art. Comme les ouvrages sur ce thème sont rares, nous avons créé un Répertoire des marchands de couleurs à Paris au XIXe siècle d'après les Almanachs et Annuaires du commerce, trame de nos recherches. Notre texte se propose donc d'être une introduction aux multiples axes à développer tels que l'histoire et la formation de ce métier, le contexte de son émergence, l'image donnée par les marchands de leur activité, leur implication dans la création de produits en collaboration avec des artistes, l'écriture et l'édition de manuels sur les techniques de la peinture, la restauration, la location et la vente de tableaux. A travers tous ces éléments se met progressivement en place une nouvelle image du marchand de couleurs. Loin d'être un simple revendeur de produits défectueux, donc peu scrupuleux, il s'avère être un vrai professionnel en qui les artistes ont réellement confiance. Parallèlement au contexte de ce métier et à ses multiples facettes, notre travail se veut aussi une base de données d'un genre nouveau et est censé facilité l'interprétation de certaines sources documentaires quotidiennement utilisées par les chercheurs (tampons de marchands au revers des toiles, mention des marchands dans la correspondance des artistes, etc.).

Colourmen in Paris during the 19th century

  • What do Mrs Haro, Ingres' " bien bonne amie ", Renoir's " vieil ami Mulard " and Van Gogh's " brave Tanguy " share ? Their trade: selling paint to the artists. Actually, only their denomination -colourman- is common, since each one of them practices his skill in his on manner. There exists different sorts of colourmen and this dissertation aims at analysing them in a history of art perspective. As the studies on this subject are rare, we created a Répertoire des Marchands de couleurs à Paris au XIXe siècle d'après les Almanachs et Annuaires du Commerce, thread of our research. Our work is an introduction to diverse themes such as the history and the training of profession, the context of its appearance, the image of their activity given by the colour men, their collaboration with artist to elaborate new products, the writing and edition of technical handbooks on painting, the restoration, rental and sale of paintings. With all these elements a new image of colour man arises. Far from being the unscrupulous retailer of faulty products, he is a real professional that the artists trust. Aside from presenting this profession and its multiple aspects, our work is a new kind of database that is meant to facilitate the interpretation of certain documentary sources daily used by searchers (coulormen stamps on the reverse of painting, mention of colourmen in the artists' letters).

Jury

  • Barthélémy Jobert (président)
  • Pierre Curie
  • Éric Darragon
  • Bruno Foucart
  • François Robichon
  • Anne Roquebert.

Directeur de thèse

Infos complémentaires

Statut de la thèse

Statut de la thèse: 
Soutenue

Date de soutenance

Date de soutenance: 
04/12/2004