La Riviera, pays de l'éternel printemps : imaginaire paysager et transferts culturels à Nice et dans son territoire, du Grand Tour à nos jours

La Riviera, pays de l'éternel printemps : imaginaire paysager et transferts culturels à Nice et dans son territoire, du Grand Tour à nos jours

Twitter Facebook Google LinkedIn Print E-mail

Résumé et jury

Cette étude porte sur le développement de Nice, petite ville maritime et frontière des États sardes de terre-ferme, qui  devient,  à  partir  des  années  1760,  une  destination  privilégiée  de  «  l’hiver  dans  le  Midi  »,  nouvelle  pratique  élitiste  de  la  révolution  touristique  britannique  dans  le  sillage  du  Grand  Tour.  À  partir  de  cette  époque,  les  voyageurs et les villégiateurs étrangers, surtout Anglais dans un premier temps, admirent notamment le spectacle de la nature, entre mer et montagnes, et jouissent d’un climat extrêmement doux en hiver, rapidement plébiscité par le corps médical. Cette douceur hivernale, permettant la croissance d’une grande diversité de plantes en plein air dans les  nombreux  jardins  constellant  la  plaine  niçoise,  fait  de  ce  territoire  un  «  pays  de  l’éternel  printemps  »,  émerveillant  les  hôtes  étrangers.  Cette  dimension  horticole  en  particulier,  parallèlement  à  une  forte  croissance  touristique,  connaît,  surtout  au  XIXe  siècle,  un  engouement  imprégnant  durablement  le  territoire.  Envisagée  sous  l’angle  des  transferts  culturels  et  du  paysage,  la  thèse  s’intéresse  premièrement  à  la  production  des  «  critiques  du  paysage  »,  à  l’origine  de  la  naissance  et  de  la  diffusion  d’un  certain  imaginaire  paysager  du  territoire.  Des  cas  d’études  particuliers  de  jardins  et  d’aménagements  publics,  en  lien  avec  le  développement  du  phénomène  de  villégiature hivernale sur le territoire, sont ensuite analysés depuis leur formation jusqu’à aujourd’hui. La dernière partie  explore  enfin  les  causes  du  développement  et  de  l’expansion  touristique  sur  le  territoire,  ainsi  que  la  traduction spatiale des transferts culturels.

 

Summary

This  study  focuses  on  the  development  of  Nice,  a  small  maritime  town  on  the  border  of  the  Sardinian  mainland  states,  which,  from  the  1760’s,  has  become  a  privileged  destination  for    «  l’hiver  dans  le  Midi  »  (winter  in  the  South), a new elitist practice of the British tourist revolution in the wake of the Grand Tour. Since then, foreign travellers  and  vacationers,  especially  English  at  first,  have  admired  the  spectacle  of  nature,  between  sea  and  mountains, and enjoyed an extremely mild climate in winter, quickly praised by medical professionals. This winter mildness, allowed for the growth of a large variety of plants in the open air within the many gardens scattering the Nice  plain,  making  this  territory  a  “land  of  Eternal  Spring”,  astonishing  foreign  visitors.  This  horticultural  dimension  in  particular,  along  with  a  strong  tourist  growth,  experiences,  especially  in  the  19th  century,  a  craze  lastingly  permeating  the  territory.  Seen  from  the  angle  of  cultural  transfers  and  landscape,  this  thesis  is  first  interested  in  the  production  of  “landscape  critics”,  at  the  origin  of  the  birth  and  dissemination  of  a  certain  landscape imagination of the territory. Cases of specific studies of gardens and public facilities, in connection with the development of the winter resort phenomenon on the territory, are then analysed, from their formation until the present days. Finally, the last part explores the causes of development and tourist expansion in the territory, as well as the spatial translation of cultural transfers.

 

Le jury est composé de :

  • Serge Briffaud, professeur, ENSAP-Bordeaux (rapporteur)
  • Hervé Brunon, directeur de recherche au CNRS, Centre André Chastel (directeur de thèse)
  • Stéphanie de Courtois, maître de conférences, ENSA-Versailles
  • Sophie Cueille, conservateur général du patrimoine, Ministère de la culture
  • Giovanni Fusco, directeur de recherche au CNRS, Université Côte d’Azur (rapporteur)
  • Jean-Baptiste Minnaert, professeur, Sorbonne Université, directeur du Centre André Chastel

Directeur de thèse

Infos complémentaires

Année de début

Année de début: 
2015

Statut de la thèse

Statut de la thèse: 
Soutenue

Date de soutenance

Date de soutenance: 
27/03/2021

Fichier attaché

Fichier attachéTaille
PDF icon herault_marie_resume.pdf24.68 Ko