La fortune critique de Nicolas Poussin dans la seconde moitié du XVIIIᵉ siècle en France

La fortune critique de Nicolas Poussin dans la seconde moitié du XVIIIᵉ siècle en France

Twitter Facebook Google LinkedIn Print E-mail

Résumé et jury

  • Le peintre national français, Nicolas Poussin (1594-1665), n’a jamais cessé d’être un parangon dans le domaine de la peinture. De Nicolas Loir et Sébastien Bourdon à Delacroix, Cézanne ou Picasso, des artistes de style ou de mouvement parfois complètement opposés ont médité les œuvres du maître normand. L’étude de sa fortune au XVIIIe siècle montre qu’il est resté vivant dans l’esprit des Français même pendant la période artistique la plus éloignée de son style austère et solennel. Sa fortune critique, visuelle et commerciale indique en l’occurrence son rôle de modèle pour les paysagistes au début du XVIIIe siècle. Autour de 1750, la faveur qu’il connaît comme représentant « sublime » de la grande peinture expose les imitateurs les plus hardis à de sévères critiques. Son exceptionnelle renommée le fit rechercher par les collectionneurs étrangers qui « dépouillèrent » la France des plus beaux morceaux de peinture du maître. Par delà la coexistence de la mode, du marché, du goût pour l’antique et pour les sujets d’ « exemplum vertutis », un culte de Poussin se développa dans les années 1780 créant des émules tant chez les peintres que chez les poètes français.

Summary

  • The French national painter, Nicolas Poussin (1594-1665) has always been a paragon in painting. Artists from as diverse schools and styles from Nicolas Loir and Sébastien Bourdon to Delacroix, Cézanne or Picasso studied with interest the work of this master from Normandy. Studying his fortune in the XVIIIth century show the extent by which he remained alive in the French mind even when his artistic style was most solemn and austere. His critical fortune, both visual and commercial, indicates the role model that Poussin indeed was at the beginning of the XVIIIth century. Around 1750 the favour bestowed on him as the “sublime” representative of painting made his imitators open to severe criticism. His exceptional fame caused his works to be “stripped” from France by foreign collectors. Combining fashion, the market and a taste for classical art and for “exemplum vertutis” subjects, a Poussin cult emerged in the 1780s causing painters and poets alike to emulate the master.

Jury

Directeur de thèse

Infos complémentaires

Statut de la thèse

Statut de la thèse: 
Soutenue

Date de soutenance

Date de soutenance: 
21/11/2006

Fichier attaché

Fichier attachéTaille
PDF icon Position de thèse de France Trinque809.83 Ko