« A barren rock » : Une histoire environnementale des paysages de la colonisation britannique de Hong Kong, 1794-1898

« A barren rock » : Une histoire environnementale des paysages de la colonisation britannique de Hong Kong, 1794-1898

Twitter Facebook Google LinkedIn Print E-mail

Résumé et jury

L’histoire de Hong Kong est apparemment celle d’un miracle économique. Selon la légende, avant l’arrivée des Britanniques en 1841, l’île n’était qu’un « rocher aride », ou « a barren rock », qui, grâce à la colonisation, fut transformée en un centre financier international. Alors que certains historiens se sont attelés à exposer la richesse culturelle et économique de l’île avant 1841, d’autres se sont efforcés de révéler la complexité historique que le récit progressiste occulte afin de lisser toute contestation politique. Cette thèse propose de renouveler l’effort de déconstruction du mythe du barren rock entrepris par l’historiographie récente en analysant sa dimension environnementale. Si les historiens ont déjà montré qu’elle n’était pas vide, alors pourquoi l’île paraît-elle barren aux yeux des Britanniques ? Quels sens attribuer à ce mot dans le contexte de la colonisation de Hong Kong ? Au-delà de la formule, le mythe qui porte son nom est celui d’une victoire sur la nature hostile de l’île. Est-ce vraiment le cas ? Quelles caractéristiques naturelles menacent la présence des Britanniques ou, au contraire, favorisent leur succès ? Comment l’environnement participe-t-il au processus de colonisation ? En analysant la diversité des expériences collectives et individuelles des Britanniques tout au long du XIXe siècle, cette enquête retrace le rôle complexe et ambivalent que les caractéristiques naturelles jouent dans l’histoire de la colonisation de Hong Kong. En retraçant les circonstances précises de l’apparition du mythe du barren rock, cette thèse met au jour la réalité historique qu’il dissimule tout en révélant une multitude d’autres légendes environnementales.

  • Jury de thèse :

M. Serge BRIFFAUD – Professeur, École nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux
M. Hervé BRUNON - Directeur de recherches, CNRS, Centre André Chastel (directeur de thèse)
Mme Geneviève COHEN-CHEMINET – Professeur, Sorbonne Université
M. Charles-François MATHIS – Professeur, Université Panthéon-Sorbonne
M. Grégory QUENET – Professeur, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines

 

Directeur de thèse

Infos complémentaires

Année de début

Année de début: 
2015

Statut de la thèse

Statut de la thèse: 
Soutenue

Date de soutenance

Date de soutenance: 
15/12/2021