La crèche napolitaine. Histoire, théâtralité, conservation

La crèche napolitaine. Histoire, théâtralité, conservation

Twitter Facebook Google LinkedIn Print E-mail

Résumé et jury

La crèche napolitaine, qui connaît son âge d’or au XVIIIe siècle, est une “installation” éphémère qui transgresse et mélange toutes les hiérarchies artistiques et confond tous les genres esthétiques de l’histoire de l’art. Populaire et aristocratique, païenne et sacrée, grand art et artisanat, art vivant et œuvre de musée, la crèche montre dans un théâtre miniaturisé la scène sacrée de la Nativité, plongée dans une Naples réaliste et codifiée avec des figures que les Napolitains commandaient à des artistes de renom. La crèche napolitaine du XVIIIe siècle est le sujet de cette thèse développée en trois parties.

1) L’historique de la crèche napolitaine depuis ses premières expressions plastiques au XIIIe siècle, jusque son âge d’or rendu possible par une révolution technique qui introduit miniaturisation et théâtralité, suivi d’une étude des auteurs des figures de crèche et du collectionnisme qui permit un début de classification et d’intégration du sujet dans l’histoire de l’art.
2) Étude de la théâtralité de la crèche napolitaine en s’appuyant sur l’importance du décor, l’analyse des expressions faciales et des gestes des personnages ainsi que des rôles qu’ils jouent dans le contexte. Suivra l’analyse du récit et de ses acteurs, les différents personnages et les nombreux animaux.
3) Du fait de la complexité et de la singularité matérielle de la crèche, la troisième partie est consacrée à l’étude et analyse non intrusive des multiples matériaux et à la conservation des figures qui la composent. D’abord la technique de réalisation d’une figure de crèche à partir d’un cas particulier, puis, du fait de leur fragilité, l’importante question de la conservation de ces crèches analysée à partir des cas de trois grands musées, étudiés in situ, conservant d’importants ensembles, à Madrid, Munich et New York. Cette thèse tente d’introduire un art souvent privé d’archives et dont les objets sont transformés avec le temps dans la discipline de l’histoire de l’art aux côtés de la peinture, de la sculpture, et des arts vivants d’inspiration populaire et religieuse.

 

The Neapolitan crèche, which experienced its golden age in the 18th century, is an ephemeral "installation" that transgresses and mixes all artistic hierarchies and challenges all aesthetic genres of art history. Popular and aristocratic, pagan and sacred, academic art and craft, living art and museum object , the Neapolitan crèche shows in a miniaturized theatre the sacred scene of the Nativity, immersed in a realistic and codified city of Naples with figures that Neapolitans commissioned from renowned artists. The Neapolitan crèche of the 18th century is the subject of this thesis developed in three parts.

1) The history of the Neapolitan nativity scene from its first plastic expressions in the 13th century to its golden age made possible by a technical revolution that introduced miniaturization and theatricality, followed by a study of the authors of the figures and collecting practices that initiated the first introduction of the creche into the logic of art history.
2) The Study of the theatricality of the Neapolitan crèche based on the importance of the setting, the analysis of facial expressions and gestures of the characters as well as the roles they play in the context. This study is followed by an analysis of the story and its actors, the different characters and the many animals.
3) Due to the complexity and particularity of the crèche, the third part is devoted to the non-intrusive study and analysis of the multiple materials as well as the conservation of the figures. First, the technique of the making of a crèche figure from a singular study case, and then, because of their fragility, the important question of the conservation of the figures. I have focused on the example of important ensembles collected by three large museums, in Madrid, Munich and New York, studied in situ. This thesis attempts to introduce an art that is often deprived of archives and whose objects are transformed over time, into the discipline of art history along with painting, sculpture, and popular and religiously inspired living art.

 

Le jury était composé de :

  • M. Sylvain BELLENGER — Directeur du Museo e Real Bosco di Capodimonte
  • M. Philippe BOURDIN — Professeur, Université de Clermont II
  • M. CAUSA — SESA
  • Mme Nadeije LANEYRIE-DAGEN — Professeure d'Histoire de l'art, ENS Paris
  • Mme Chang-Ming PENG – Professeure, Université de Lille 3

Directeur de thèse

Infos complémentaires

Année de début

Année de début: 
2012

Statut de la thèse

Statut de la thèse: 
Soutenue

Date de soutenance

Date de soutenance: 
07/12/2019

Fichier attaché

Fichier attachéTaille
PDF icon Position de thèse de Carmine Romano235.2 Ko