Laboratoire de recherche en histoire de l’art

Archives orales

Twitter Facebook Google LinkedIn Print E-mail

Le programme d’archives orales Architecture et art religieux en France (1920-1980) a été lancé en 2001 par Véronique David et Michel Hérold, chercheurs de la cellule Vitrail [1] à la Direction de l’Architecture et du Patrimoine (DAPA) du ministère de la Culture et de la Communication, aujourd’hui tous deux mis à la disposition du Centre André Chastel. Pour ce qui  concerne l’architecture, ce travail se fait en lien avec Jean-Charles Cappronnier, chargé d’études documentaires aux Archives nationales. Depuis 2004, Béatrice Coquet, documentaliste au Centre André Chastel, est associée à l’entreprise.

L’architecture et l’art religieux ont connu, au cours du siècle écoulé, des bouleversements et des mutations sans précédent. Les chantiers d’églises ont constitué de véritables laboratoires d’expérimentations et d’applications de formules résolument innovantes. Parallèlement aux recherches traditionnelles sur ce vaste champ d’études, l’idée de procéder à des enquêtes orales auprès des différents intervenants – acteurs directs, proches, descendants ou collaborateurs – s’est rapidement imposée. La référence aux expériences menées par le comité d’histoire du ministère de la Culture ou par les Archives nationales, le suivi de formations (journées de l’IFA, séminaire de Florence Descamps à l’EPHE [2]) ont permis de concevoir ces enregistrements comme de véritables sources d’archives mises à la disposition du public.

         

Templo Expiatorio de Guadalajara (Mexique). Vitraux réalisés d'après les cartons de Maurice Rocher par le peintre verrier Gérard Degusseau à partir de 1964

Ces archives orales se révèlent indispensables à la compréhension de l’écrit, souvent laconique, et évitent la perte considérable d’informations que représentait la simple prise de notes à usage ponctuel. Mais, bien plus qu’une complémentarité à l’écrit, elles nous conduisent dans l’intimité des acteurs de la vie artistique, et nous aident à mieux comprendre leurs intentions à chaque étape de l’élaboration des œuvres, qu’il est plus facile, ainsi, de situer dans leur contexte. Elles mettent souvent au jour l’existence de réseaux professionnels et familiaux, dont l’importance peut s’avérer déterminante. De façon privilégiée, l’oral peut assurer la transmission, ou au moins l’explication des savoir-faire indispensables à la connaissance de l’œuvre. En dévoilant l’existence de fonds documentaires, d’albums photographiques et même d’œuvres inconnues à ce jour, il contribue à leur sauvegarde et offre un véritable vivier de nouveaux sujets d’études.

Les bénéfices des premières enquêtes ont donné lieu à une communication par Véronique David, « Archives orales et vitrail : trois témoins des Trente Glorieuses », dans le cadre du colloque Architecture religieuse au XXe siècle, quel patrimoine ? organisé par la DAPA et l’INHA à Lille les 25 et 26 mars 2004, puis, en collaboration avec Jean-Charles Cappronnier et Michel Hérold, à une publication dans les actes du colloque, édités par les Presses universitaires de Rennes en 2007. Par ailleurs, une intervention sur ce sujet a été programmée en 2006 dans le cadre du séminaire « Travaux en cours/Nouvelles recherches » de l’ERCO

Ont fait l’objet d’enregistrement et de suivi documentaire :

  • Jacques Bony, peintre et peintre verrier
  • Michel Chaudière, peintre cartonnier chez Labouret
  • Raymond Coulon, sculpteur
  • Gérard Degusseau, peintre verrier
  • Michel Durand, peintre verrier
  • Michel Guével, peintre verrier
  • Frédéric Hémond, peintre et sculpteur
  • Philippe Kaeppelin, sculpteur
  • Philippe Lejeune, peintre cartonnier
  • Jean Le Moal, peintre
  • Henri Martin-Granel, architecte, sculpteur et peintre verrier (entretien avec sa femme et ses fils Jean-Baptiste et Vincent)
  • Georges Mercier, historien de l’art
  • Carlo Sarrabezolles, sculpteur (entretien avec sa fille Mme Appert-Sarrabezolles)

Ces entretiens sont consultables sur rendez-vous au Centre André Chastel et, dans certains cas et sous réserve d’autorisation donnée par l’auteur, peuvent faire l’objet d’une copie.

Le programme d’archives orales collabore également avec Jean-Roch Bouiller, conservateur chargé des collections contemporaines à la Cité de la céramique de Sèvres. Cette institution a développé une importante politique d’acquisition d’œuvres de céramistes contemporains. Un travail scientifique est en cours de réalisation pour documenter ce fonds. Dans ce contexte, un rapprochement entre Sèvres - Cité de la céramique et le Centre André Chastel s’est imposé pour mettre en commun des méthodes de travail.

Entretiens réalisés en 2009 :

  • Antoine d’Albis
  • Anne Barrès
  • Yoland Cazenove
  • Antoinette Hallé
  • Tamara Préaud
  • Georges Touzenis

L’accès à ces entretiens est réservé et nécessite de prendre rendez-vous avec le conservateur chargé du programme.

 

Notes :

1. Au sein de l’ex-Laboratoire de recherche sur le patrimoine français du CNRS, UMR 22.

2. Florence Descamps, L’historien, l’archiviste et le magnétophone, de la constitution de la source orale à son exploitation, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, Paris, 2001.

Mise à jour du 26 janvier 2010

Actualités

17 Décembre 2014 Rencontres du Centre André Chastel
15 Octobre 2014 - 3 Juin 2015 Rencontres du Centre André Chastel
15 Octobre 2014 Rencontres du Centre André Chastel
9 Octobre 2014 - 10 Octobre 2014 Colloque

Les membres

Conservateur général du patrimoine
Professeur
Directeur de recherche
Directrice adjointe
Directeur de recherche
Directeur de recherche
Professeur
Directeur
Professeur
Maître de conférences
Chargé de recherche honoraire
Professeur