Patrick BORDEAUX

Patrick BORDEAUX

Sorbonne Université
Doctorant / Doctorante

Coordonnées

Email:

Autres appartenances institutionnelles

Centre d'études supérieures de la Renaissance Tours

Partager cette page

Twitter Facebook Google LinkedIn Print E-mail
  • Titre de la thèse: De Maillé à Luynes. Genèse et Identités d'une ville de Touraine à l'âge moderne.

Résumé  de la thèse :

    Etude des interrelations entre les données historiques, socio-économiques, urbanistiques, paysagères et architecturales de la ville de Luynes, olim Maillé, du XVe au XVIIIe siècle, particulièrement entre 1620 et 1720, avec inventaire critique des diverses composantes patrimoniales matérielles et immatérielles.

 

Présentation

      Le présent projet de thèse se propose d’étudier la ville de Luynes située en bord de Loire à environ quinze kilomètres à l’Ouest de Tours. Ce gros village, niché dans un vallon et dominé par un plateau découpé par deux petites vallées, dont le cœur historique forme un quadrilatère d’environ deux cents mètres de côté, offre la particularité de conserver un patrimoine couvrant deux mille années d’une histoire riche et variée.

     Luynes fut successivement Malliacum, important habitat antique dont il subsiste un aqueduc et d’imposants vestiges, puis Maillé, chef-lieu d’une seigneurie, devenue baronnie puis comté, et enfin, changeant de nom par volonté royale, Luynes en 1619, siège d’un des plus importants duchés-pairies de Touraine.

     Antérieurement à la période révolutionnaire et malgré sa taille réduite, le bourg, dominé par un château médiéval possédant deux ailes de style classique, avait trois paroisses et était équipé d’une halle, d’un couvent, d’un hôpital, et d'habitats aux architectures diverses : troglodytiques, en pan-de-bois, en pierre de taille, ainsi qu’en brique et pierre. Ce dernier type est une particularité de la petite ville qui est la seule de la province à en posséder une densité aussi forte, de styles et d’époques diverses semble-t-il.

     Le territoire dont cette bourgade est la capitale ne cessa de s’étendre avant la Révolution. La baronnie comptait déjà, pour la seule Touraine, une quinzaine de paroisses, le duché-pairie s’étendit sur une soixantaine. Une partie se trouvait dans  l’Anjou proche.

    Le patrimoine archivistique est lui aussi conséquent, avec quelques lacunes concernant le minutier. Malgré ces atouts les études ont été plutôt rares, bien souvent incomplètes et non référencées.

    Les seigneurs des lieux comptèrent parmi les plus puissants de la province, ayant aussi des attaches dans l'Anjou proche ou dans le Maine, plus tardivement dans le Poitou. Nous avons choisi de démarrer notre étude au XVe siècle qui semble constituer pour le territoire une forme d'apogée du pouvoir des barons au sein de la Touraine royale. Durant ce siècle les quatre détenteurs successifs du fief seront sénéchal du duc d'Anjou pour le premier, Grand Maître d'Hôtel de la reine Marie d'Anjou pour son fils, chambellan de Louis XI puis Charles VIII pour les derniers. C'est à Maillé que sera signée l'ordonnance de rédaction des coutumes de France. Plus encore le château où Charles VII, sa maîtresse Agnès Sorel, son épouse parfois, résident fréquemment appartient au baron de Maillé ; c'est ce château qu'achètera Louis XI pour en faire sa résidence principale rebaptisée en Plessis-lès-Tours. Ce dernier se trouve à moins de dix kilomètres de Maillé. Au XVIe siècle le territoire passe par mariage dans les mains des Montmorency-Laval et sera érigé en comté pour l'un d'entre eux. Divers évènements liés aux Guerres de religion semblent avoir eu des conséquences importantes pour la ville : installation du temple protestant de Touraine, refuge de nombreux commerçants, particulièrement des soyeux, séjour prolongé d'Henri de Navarre, pour n'en citer que quelques uns. Ces relations feront partie de notre étude puisque les archives ainsi qu'un certains nombre de maisons en pan-de-bois témoignent de cette époque. Le plan général de la ville semble alors fixé.

     Notre thèse se propose de présenter plus particulièrement la période suivante, entre 1620 et 1720. Elle correspond à l'acquisition du comté de Maillé par le favori de Louis XIII, Charles d'Albert, et à la création du duché-pairie rebaptisé Luynes. Son fils sera le véritable développeur, administrateur, fondateur et bâtisseur de ce nouveau territoire qui prend une ampleur fort importante. La personnalité de ce personnage sera à décrypter, ses influences, ses travaux en tant qu'auteur, traducteur de Descartes ou de Pères de l'Eglise, sa proximité avec les jansénistes de Port-Royal, les chantiers qu'il lança à Paris, en Ile-de-France ou en Touraine avec de grands architectes comme Pierre Le Muet, ou de plus modestes comme Nicolas Poictevin ; tous ces points seront au cœur de notre travail. Durant cette période le château sera fortement réaménagé, un hôpital ducal bâti au centre-ville inspiré par l'Hôtel-Dieu de Tours, lui-même héritier de celui de Paris, et un vaste couvent construit en collaboration avec le couvent de Bellechasse de cette même capitale, l'administration de la ville et du territoire sont structurés, l'activité économique et la démographie connaissent un essor significatif.

    Le XVIIIe siècle verra une stagnation puis une lente perte de vitesse de l'activité et de la population de Luynes. Nous tenterons d'en percevoir les enjeux et les conséquences. C'est sur cette époque que les documents graphiques, notamment une remarquable collection de plans terriers, est la plus riche. Une étude critique de ces fonds est envisagée.

 

Publications depuis 2001, dans le cadre du Centre André Chastel.

À paraître

Bordeaux Patrick, « Un document inédit : l'inventaire du château de Chenonceau en 1769. État des lieux à l'époque des Lumières », Bulletin de la Société de l'histoire de l'art français, à paraître. Voir la notice

2015

Bordeaux Patrick, « Les vestiges antiques du prieuré Saint-Venant à Luynes », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. LXI, 2015, p. 25-48. Voir la notice

2014

Bordeaux Patrick, « La laverie-grange de l'ancien hôpital ducal de Luynes », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. LX, 2014, p. 159-172. Voir la notice

2014

Bordeaux Patrick, « Les halles de Luynes », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. LX, 2014, p. 149-157. Voir la notice

Collaborations scientifiques en cours ou en projet :

- Membre du projet de recherche « Santé en Région Centre du Moyen-Age à l'époque moderne (SaRC) », Centre d'Etudes Supérieures de la Renaissance, Université François-Rabelais de Tours, sous la direction de Concetta Penutto, MCF, 2015-2017.

- Membre du groupe de recherche sur le château royal de Plessis-lès-Tours, XVe-XVIIIe siècle, Centre d'Etudes Supérieures de la Renaissance, Université François-Rabelais de Tours, sous la direction d'Alain Salamagne, Pr, 2014-2016.

 

Intervenant dans le cours d'Art régional, département d'histoire de l'art, Université François-Rabelais de Tours, 2011-en cours. Pour 2014-2016, les recherches se portent sur le château royal de Plessis-lès-Tours. Sous la dir. d'Alain Salamagne, Pr, cours assuré par Lucie Gaugain, chargée de cours.

Université François-Rabelais, département d'histoire de l'art, Tours : Séminaire commun d'architecture, 8 octobre 2015 : Les barons de Maillé au XVe siècle entre Anjou et Touraine, au service des rois de France. De Montils-lès-Tours au Plessis-lès-Tours.  A la fin du XIVe siècle la famille de Maillé, détentrice de nombreux fiefs, principalement en Touraine, en Anjou, dans le Poitou et dans le Maine, entretient des liens vassaliques étroits avec les ducs d'Anjou. Ceci lui vaut bien des récompenses et, au jeu des circonstances, d'entrer dans la proximité étroite des rois de France. Ces derniers leur attribuent des charges et des responsabilités de premier ou de second plan. Si les deux barons de Maillé qui nous intéressent, père puis fils, n'appartiennent pas au cercle des grands feudataires, ils jouent cependant un rôle non négligeable, directement ou indirectement, comme membres de l'ancienne noblesse restée fidèle en ces temps troublés. On peut retenir notamment la mise à disposition, puis la vente, de leur demeure de Montils-lès-Tours à Charles VII puis Louis XI.

       Jusqu'à ce jour les historiens et historiens de l'art se sont peu attardés sur ces personnages qui n'appartiennent pas au premier cercle de l'entourage royal ayant eu une influence à l'échelle du royaume ou au-delà. Les charges dont ils seront revêtus les amèneront à avoir un rôle, essentiellement dans le cadre régional certes mais qui sert d'espace principal de vie et de décision aux rois. De ce fait en tant que membres majeurs de la noblesse régionale, de conseillers royaux, comme d'autres personnages œuvrant dans les mêmes sphères, ils édifieront ou modifieront leurs demeures dans les styles nouveaux initiés par leurs souverains.

 

    

Conférence  :

Le soin en ses lieux du Moyen Âge à la fin du XVIIIe siècle,

exemples de Touraine et du Berry. Approche transdisciplinaire.

Mercredi 21 septembre 2016, Bibliothèque municipale de Tours, 19h-20h30

Dans le cadre du colloque La santé en Région Centre au Moyen Âge & à la Renaissance, 21-23 septembre 2016, Chambre de commerce de Tours, coordonné par Concetta Pennuto

organisé par le Centre d'Etudes supérieures de la Renaissance de Tours, 

Master d'Histoire de l'art :

Bordeaux Patrick, L'église Notre-Dame-du-Château à Luynes - olim Maillé - (Indre-et-Loire) et ses abords, seigneurs et fondations, du XVe au XVIIe siècle, Mémoire de Master 2 d'histoire de l'Art, 2 vol., sous la direction d'Alain Salamagne, professeur d'histoire de l'art médiéval, Université François-Rabelais de Tours, 2011, 290 p. Mention très bien.

 

Parcours professionnel

2010-2014 

Chargé de missions de recherches, d'inventaires et de valorisation des patrimoines (zone classée UNESCO)

2002-2010

Directeur du Centre d’Histoire et des Patrimoines de Luynes (Histoire, Architecture, Archéologie, Arts)

2000-2008

Conservateur des collections du Musée de l'Hôtel Gouin à Tours, archéologie, arts, et sciences (Musée de France)

1986-2000

Enseignant spécialisé en psychopédagogie, chargé de mission d’intégration scolaire des handicapés moteurs (Education Nationale)

1977-1985

Instituteur (Education Nationale)