Juliette BESSETTE

Juliette BESSETTE

Sorbonne Université
Docteur

Centre André Chastel

Ancien membre

Coordonnées

Email:

Partager cette page

Twitter Facebook Google LinkedIn Print E-mail

Domaines de recherche 

Histoire de l'art du XXème siècle
Histoire de l'art contemporain

Thèmes actuels de recherche

  • Histoire de l'écologie, design environmental, écomodernisme
  • Art et et nouveaux médias
  • Pop Art
  • Histoire de l'architecture utopique, contres-cultures
  • Art et futur / recherche prospective
  • Histoire des idées, des sciences et des techniques

Diplôme

Ecole du Louvre (2016)

Bourses

 

Publications depuis 2001, dans le cadre du Centre André Chastel.

2018

Bessette Juliette, « The Machine as Art (in the 20th Century): An Introduction », Arts [en ligne], 2018, vol. 7 (1), 4. DOI : www.mdpi.com/2076-0752/7/1/4 (consulté le 23 janvier 2018). Voir la notice

2018

Bessette Juliette, Arts Editorial Office, « The "Cybernetic Serendipity" Special Issue to Be Reprinted », Arts [en ligne], 2018, vol.7 (2), 13, DOI : https://www.mdpi.com/2076-0752/7/2/13. Voir la notice

2017

John McHale, « Le Parthénon en plastique » (1967), trad. Juliette Bessette et Hervé Vanel, Les Cahiers du musée national d'Art moderne, n° 140, été 2017, p. 68-73. Texte en ligne sur le site Academia.edu. Voir la notice

2017

John McHale, « L'icône jetable » (1959), trad. Juliette Bessette et Hervé Vanel, Les Cahiers du musée national d'Art moderne, n° 140, été 2017, p. 59-67. Texte en ligne sur le site Academia.edu. Voir la notice

2017

Bessette Juliette, « John McHale : de l'art du collage à la pensée prospective », Les Cahiers du musée national d'Art moderne, n° 140, été 2017, p. 34-58. Article en ligne sur le site Academia.edu. Voir la notice

Doctorat

  • « L’avenir du futur. John McHale et l’art de la prospective (1950-1978) », thèse sous la direction d'Arnauld Pierre, soutenue le 26 novembre 2021.

Jury :
♣ Jean-Pierre Criqui, conservateur, MNAM – Centre Pompidou
♣ Thomas Crow, professeur, New York University
♣ Arnauld Pierre, professeur, Sorbonne Université (Directeur)
♣ Maria Stavrinaki, maîtresse de conférences, Université Paris 1 (Rapporteure)
♣ Hervé Vanel, professeur, American University of Paris (Rapporteur)

Résumé : Tout à la fois artiste, sociologue et chercheur en prospective, John McHale (1922-1978) a laissé des apports significatifs en matière de théorie de la culture, des médias, de l’architecture, du design et des sciences environnementales. Son parcours concentre une frappante combinaison de contributions individuelles et collectives aux dynamiques intellectuelles de son temps. Son travail s’élabore en dialogue direct avec les grands penseurs de son entourage : dans l’Angleterre des années 1950 d’abord, aux côtés de Reyner Banham ou de Lawrence Alloway ; aux États-Unis par la suite, avec Richard Buckminster Fuller, Jack Burnham ou Harold Dwight Lasswell – et, jusqu’à sa mort, en tandem avec sa compagne, l’artiste Magda Cordell. Au-delà de l’invention du pop art, c’est dans ce contexte qu’il a participé à esquisser les contours de ce que l’on désigne aujourd’hui sous le terme de culture visuelle, et produit des réflexions phares sur les technologies de l’information et la culture populaire au sens large. Alors qu’une conscience écologique globale émerge progressivement dans les années 1960, il est par ailleurs impliqué dans la formulation d’un discours environnemental situé dans un paradigme techno-optimiste aux affiliations tantôt technocratiques, tantôt contre-culturelles. Cette biographie intellectuelle critique tend moins à une entreprise de réhabilitation qu’à une analyse d’un parcours singulier à travers lequel se révèlent certains enjeux culturels et artistiques majeurs de la période. Elle questionne également la manière dont la discipline de l’histoire de l’art peut s’emparer d’une figure aux activités plurielles, dont la vision même de l’art tend à dissoudre les catégories qui y sont traditionnellement associées.

Mots-clés : John McHale ; Independent Group ; pop art ; art et technologie ; cybernétique ; Royaume-Uni ; États-Unis ; transferts culturels ; prospective ; épistémologie ; design environnemental ; histoire de l’écologie ; histoire des idées

Environmental design, art et écologie

  • "La persistance du dôme géodésique / Richard Buckminster Fuller", mission recherche, MNAM-Centre Pompidou (2021-2022)
  • "Aux racines de l’écomodernisme. Designer l’environnement humain dans les années 1960", chercheuse invitée, Centre allemand d'histoire de l'art - Paris (2021)

 Musée

  • 2021-2022 : "" T.P. (1A) de la spécialité "Art contemporain", Ecole du Louvre
  • 2022-2022 : T.P. (2A) de la spécialité "Art du XXe siècle", Ecole du Louvre
  • 2020-2021 : "Plus que la vue : les sens de l'art", T.P. (1A) de la spécialité "Art contemporain", Ecole du Louvre
  • 2020-2021 : "Le cubisme", T.P (2A) de la spécialité "Art du XXe siècle", Ecole du Louvre
  • 2019-2020 : "Le paysage au XXe siècle", T.P. (2A) de la spécialité "Art du XXe siècle", Ecole du Louvre
  • 2019-2020 : "L'art dans la société de l'information : rationalisation ou perte de contrôle ?", T.D. (L3) Histoire de l'art contemporain, Sorbonne Université
  • 2018-2019 : "Du pop art à l'art écologique : l'artiste face à la société de consommation", T.D. (L2) Histoire de l'art contemporain, Université Bourgogne - Franche-Comté
  • 2018-2019 : "Les avant-gardes artistiques", T.D. (L1) Histoire de l'art contemporain, Université Bourgogne - Franche-Comté

19-20 - Association des doctorants et doctorantes en histoire de l'art contemporain