Daniele Di Cola

Daniele Di Cola

Centre André Chastel

Chercheur invité

Coordonnées

Email:

Autres appartenances institutionnelles

Università La Sapienza
Roma

Partager cette page

Twitter Facebook Google LinkedIn Print E-mail

Daniele Di Cola est docteur en histoire de l’art à l’Université de Rome La Sapienza. Il est actuellement chercheur invité au Centre André Chastel grâce à la concession d’une bourse de perfectionnement de l’Université La Sapienza. Il a soutenu une thèse consacrée à la biographie intellectuelle de l’historien de l’art Leo Steinberg (1920-2011), explorant surtout les questions du rapport « forme-contenu-spectateur » dans la méthode de Steinberg, et son approche transhistorique à l’histoire de l’art.
Daniele Di Cola est l’auteur de nombreux articles, communications et conférences scientifiques sur ce sujet (Il silenzio delle immagini, Rome 2015 ; In corso d’opera 2, Rome 2016 ; Now or (n)ever. I tempi dell’opera, RAHN Conference, Rome 2016 ; Spazi Bianchi. Indagine sull’assenza, Graduate Conference, Salerno 2017). Il a également contribué activement à l’organisation du colloque Leo Steinberg Now (Rome, 2017) : le premier colloque international sur Steinberg. Il prépare actuellement une monographie sur le sujet, issue de sa thèse.

Son projet post-doctoral au Centre André Chastel porte sur les influences islamiques dans l’art de la Renaissance italienne, à partir du débat critique et historiographique qui émerge entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle, et notamment autour de la figure de l’historien de l’art Gustave Soulier (1872-1937), auteur du livre Les influences orientales dans la peinture toscane (publié en 1924).

Ses recherches portent sur les théories et les méthodologies de l’histoire de l’art ; l’iconographie et l’iconologie ; les Gender Studies ; les formes de révisionnisme et la mise en question de l’historiographie de la Renaissance ; les historiens de l’art qui travaillent sur l’art de la Renaissance et l’art contemporaine dans le cadre d’une conception non-linéaire et transhistorique de l’art. Il a également publié des articles sur le patrimoine artistique de Rome (« Il rifacimento della chiesa di Santa Barbara dei librai di Roma. Il committente Zenobio Masotti e l’attività artistica di Agostino Martinelli, Giuseppe Passari, Luigi Garzi e Domenico Guidi », Bollettino d’arte, n. 24, octobre-décembre 2014, p. 125-142), et sur les femmes artistes (« Le ragioni dello stile. La critica di Pasquarosa Marcelli Bertoletti e Margherita Osswald-Toppi, modelle e pittrici anticolane », in Le muse di Anticoli Corrado, M. Carrera (dir.), catalogue d’exposition, Rome 2017, p. 9-17). Il a également contribué à l’ouvrage Pietro Testa e la nemica fortuna, Giulia Fusconi et Angiola Canevari (éd.), dans le cadre d’un stage auprès de l’Istituto Nazionale della Grafica.

 

Formation :

Mars – Août 2018 : Chercheur invité au Centre André Chastel et lauréat de la bourse de perfectionnement à l’étranger à l’Université La Sapienza de Rome.

2018 : Doctorat (Ph.D.) en Histoire de l’art soutenu à l’Université de Rome La Sapienza. L'arte come unità del molteplice. I fondamenti critici di Leo Steinberg (1920-2011), sous la direction Claudia Cieri Via et Marco Ruffini.

2014 : Master en Histoire de l’art - Université de Rome La Sapienza. Mémoire présenté sur La committenza dei Librai nella chiesa di S. Barbara (1674-1688). Arte, devozione e società in una confraternita e università sotto Innocenzo XI.