Pierre-Charles Trémolières (1703-1739)

Pierre-Charles Trémolières (1703-1739)

Un peintre discret au siècle des Lumières

Twitter Facebook Google LinkedIn Print E-mail
Pierre-Charles Trémolières, "La poésie" (Cholet, musée d’Art de d’Histoire, huile sur toile)

Type

Type: 
Rencontres du Centre André Chastel

Date

Date: 
16 Mai 2018

Lieu

Lieu: 
Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris, salle Ingres (2e étage)

Cette communication d'Anaïs Semour, invitée par Christine Gouzi, se tiendra en salle Ingres (2e étage) de 18h30 à 20h. Entrée libre

La carrière de Pierre-Charles Trémolières, qui fut un artiste discret et qui mourut prématurément, n’est pourtant pas sans relief. Elle est à redécouvrir aujourd’hui après l’exposition qui lui a été consacrée à Cholet en 1973. Les cercles dans lesquels il gravita, les protections dont il bénéficia, lui et ses descendants, auprès du comte de Caylus, l’obtention de grandes commandes à Lyon, mais aussi ses réalisations pour l’Hôtel de Soubise permettent de renouveler la traditionnelle monographie d’artiste grâce à l’histoire sociale de l’art.

La vie de Pierre-Charles Trémolières est surtout connue grâce aux biographies de Pierre-Jean Mariette et Antoine-Joseph Dézallier d’Argenville. La date de sa naissance n’est pas déterminée de façon certaine. L’Éloge du comte de Caylus rapporte qu’il fut formé à ses débuts dans l’atelier de Jean-Baptiste Van Loo. Par la suite Pierre-Charles Trémolières passa six années, de 1729 à 1735, comme élève de l’Académie de France à Rome. Il y côtoya François Boucher, Carle Van Loo ou encore Michel-Ange Slodtz et Edme Bouchardon. Mort prématurément en 1739 à Paris, Pierre-Charles Trémolières a laissé des œuvres essentiellement décoratives. On relève ainsi, outre une série de tableaux d’autels réalisés pour des églises et des ordres religieux lyonnais, deux ensembles de dessus-de-porte, (l’un est encore en place à l’hôtel de Soubise à Paris, et l’autre est conservé au musée d’Art et d’Histoire de Cholet, sa ville natale) pour lesquels il fut le plus souvent reconnu. Ce sont les années parisiennes, de 1736 à 1738, qui permettent de mieux caractériser son œuvre. L’artiste a alors entre trente-trois et trente-six ans, et son évolution au cours de ces trois dernières années fut rapide. Ses compositions légères, aux formules picturales élégantes et aux accords délicats de couleur, firent apparaitre les influences subtiles de François Lemoine ou de François Boucher.
La difficulté à identifier ses œuvres ou à le situer sur la scène artistique du XVIIIe siècle est certes reliée à sa mort prématurée, mais peut aussi découler de sa situation sociale et familiale peu habituelle et de ses origines assez mystérieuses. Il n’est pas issu d’une grande famille d’artiste et son long séjour romain, en tant qu’élève à l’Académie de France à Rome, qui ralentit sans doute sa production, est une circonstance essentielle de l’interprétation de son œuvre entier.

 

Programme des Rencontres du Centre André Chastel  2017-2018

Actualités

13 Juin 2018 Rencontres du Centre André Chastel
16 Mai 2018 Rencontres du Centre André Chastel
11 Avril 2018 Rencontres du Centre André Chastel
14 Mars 2018 Rencontres du Centre André Chastel

Les membres

Assistant ingénieur honoraire
Professeur émérite
Chargé de recherche honoraire
Professeur émérite
Ingénieur de recherche honoraire
Conservateur général honoraire du patrimoine
Professeur
Maître de conférences
Directeur de recherche honoraire
Rédacteur en chef
Ingénieur d'études honoraire
Chargé de recherche honoraire

Ouvrages récents

N°197/2017-3
Regards français sur l'art européen au XIXe siècle
N° 196/2017-2
De l'art conceptuel au Land Art
Les décors des villas et palais du Cinquecento