L’architecture gothique, entre réception et invention - Journée doctorale du Centre Chastel

L’architecture gothique, entre réception et invention - Journée doctorale du Centre Chastel

Impact, continuité et réinterprétation (XIIe - XXe siècle)

Twitter Facebook Google LinkedIn Print E-mail
"Pierrefonds" (détail), aquarelle de Eugéne-Emmanuel Viollet-le-Duc, 1866 - Ministère de la Culture (France), Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine, Diffusion RMN-GP

Type

Type: 
Journée d'études

Date

Date: 
10 Mars 2018

Lieu

Lieu: 
Centre Chastel, Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris, salle demargne (rez-de-chaussée)
  • Cette journée doctorale du Centre André Chastel est consacrée à une réflexion sur la réception de l’architecture gothique comme langage flexible, à même de créer de nouvelles formes artistiques.

L’ objectif de la rencontre est de faire dialoguer des jeunes chercheurs de formations et de pays divers autour de la portée et de l’influence de ce phénomène dans des contextes différents de celui d’origine, et de partager leurs réflexions méthodologiques, les problématiques et les résultats de leurs recherches.

La journée est organisée par Camilla Ceccotti et Emanuele Gallotta, doctorants en cotutelle de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université, Paris (Centre André Chastel) et de l’Université de Rome « La Sapienza » (Dipartimento di Storia, Disegno e Restauro dell’Architettura), avec le soutien d’Antonella Fenech Kroke (chargée de recherche, CNRS) et de Thierry Laugée (maître de conférences, Faculté des Lettres de Sorbonne Université, Paris).

 

Les membres

Maître de conférences
PAST Personnel associé à temps partiel
Professeur / Professeure
Maître de conférences
Professeur émérite
Professeur / Professeure
Professeur émérite
Ingénieur d'études honoraire
Maître de conférences
Professeur / Professeure
Membre honoraire

Ouvrages récents

Entretiens sur la parution de l’art contemporain
N° 209 / 2020-3
Diffusion et sauvegarde des savoirs, savoir-faire et matériaux du Moyen Âge à nos jours
Revue de la BnF, n° 61, octobre 2020