Deux grandes figures de l’amitié franco-américaine

Deux grandes figures de l’amitié franco-américaine

Gabriel Hanotaux (1853-1944) et Jules Jusserand (1855-1932)

Twitter Facebook Google LinkedIn Print E-mail

Type

Type: 
Colloque

Date

Date: 
13 Décembre 2021 - 14 Décembre 2021

Lieu

Lieu: 
Hôte des Affaires étrangères, 37, quai d’Orsay - 75007 Paris et France-Amériques - Hôtel Le Marois, 9-11 Avenue Franklin Delano Roosevelt, 75008 Paris

Ce colloque propose de revenir sur la période clé du début du XXe siècle où la diplomatie se professionnalise et s’adapte aux mutations profondes de la vie internationale. Deux diplomates de même génération l’un sorti du rang (Gabriel Hanotaux) l’autre issu du concours tout récemment institué aux Affaires étrangères (Jules Jusserand), sont représentatifs de cette époque.
Il a paru intéressant d’associer ces deux personnalités, diplomates et intellectuels reconnus (historien, biographe de Richelieu pour l’un, écrivain spécialiste de littérature anglaise pour le second), en revenant sur leur vision du monde au tournant de la Grande Guerre, face au nouvel ordre mondial issu des Traités de Paix. Mais ce qui les a rapprochés, c’est aussi l’intérêt qu’ils ont manifesté pour le monde américain et leur action dans le cadre des relations transatlantiques, Jusserand comme ambassadeur de France à Washington, Hanotaux comme fondateur du comité France-Amérique.


États-Unis. 3 mai 1912. Gabriel Hanotaux conduit la mission Champlain.
@ Comité France-Amérique

Chartiste puis maître de conférences à l’École pratique des hautes études, Gabriel Hanotaux (1853-1944) est entré au Quai d’Orsay comme lecteur des Archives diplomatiques dans le cadre de ses recherches sur Richelieu. Une fois intégré au ministère, il en a gravi les échelons, passant par trois cabinets ministériels dont celui de Gambetta (1881-1882) et de Jules Ferry (1883-1885), avant une unique expérience en poste à Constantinople (1885-1886).
Après une parenthèse de trois ans en politique (il est élu député), il revient au Quai d’Orsay où il accède à un poste de direction avant de se voir confier le portefeuille des Affaires étrangères, qu’il conservera quatre ans (avec une interruption de novembre 1895 à avril 1896). Son ministériat se concentre sur la poursuite de l’expansion coloniale jusqu’à la crise de Fachoda, tandis que sur le continent, il suit la voie de l’équilibre et du concert européen en cherchant à se concilier l’Allemagne (pour faire pièce à la concurrence coloniale anglaise), la Russie et l’Italie. Son départ du ministère ne met pas un terme à son activité de diplomate : il sera délégué à la SDN (1920-1924), fondera le comité France-Amérique puis consacrera l’essentiel de son temps à son oeuvre d’historien.

Jules Jusserand (1855-1932) est licencié en droit quand il passe le concours d’accès à la fonction consulaire (1878). Formation académique, érudition et pratique professionnelle vont, chez lui, de pair : il parfait ses connaissances en langue et littérature anglaise à Londres où il est nommé élève-consul, obtient un doctorat ès-lettres à son retour en France, publie une histoire littéraire du peuple anglais, qui lui vaut l’estime du fils de Guizot, professeur au Collège de France.
En 1880, il devient directeur politique adjoint, tout en poursuivant sa carrière littéraire, s’implique dans l’organisation du protectorat en Tunisie où il seconde son ami Paul Cambon (1882-1887), obtient un premier poste d’ambassadeur à Copenhague (1898), avant de succéder à Jules Cambon comme ambassadeur à Washington. Son ambassade est exceptionnelle à plus d’un titre : par sa longueur (23 ans), par l’estime et l’amitié qui lient l’ambassadeur au Président Théodore Roosevelt, par la popularité dont il jouit auprès des Américains, par les succès de son action diplomatique. L’appui des États-Unis lors de la crise marocaine et de la conférence d’Algésiras et l’entrée en guerre des États-Unis en 1917 sont à porter à son crédit. Jules Jusserand incarne un modèle de diplomate parfaitement acclimaté à son pays de résidence selon le principe qu’il est désormais moins important de persuader un prince et son ministre que de comprendre une nation.


États-Unis. 26 avril 1917.
Le maréchal Joffre et Jules Jusserand, ambassadeur de France à Washington.
Collection iconographique. A071618

 

Destiné à faire le point sur les sources et les études les plus récentes et à lancer de nouvelles pistes de recherche, le colloque est organisé en partenariat avec France-Amériques, le Centre d’histoire du XIXe siècle (Université Paris I Panthéon-Sorbonne et Sorbonne Université), ainsi que le centre Roland-Mousnier (Sorbonne Université).

Programme

Lundi 13 décembre 2021 matin
Hôtel des Affaires étrangères - Quai d'Orsay

  • 9h15 Accueil
  • 9h45 Ouverture du colloque
    Philippe Zeller, ancien ambassadeur de France au Canada, président de l’Institut France-Canada de France-Amériques
    Nicolas Chibaeff, directeur des Archives diplomatiques

1re partie : Portraits croisés : Gabriel Hanotaux, Jules Jusserand et leurs réseaux
Présidence  : Robert Frank, professeur émérite des universités

  • 10h
    Le profil social et intellectuel de Jusserand et ses premières années au ministère des Affaires étrangères
    par Isabelle Dasque, maître de conférences, centre de recherche en Histoire du XIXe, faculté des lettres de Sorbonne Université
  • 10h20
    L’académicien Gabriel Hanotaux et les cercles parisiens politique, littéraire et artistique : ascension du diplomate et constitution d’un réseau mis au service du rayonnement de la France aux Etats-Unis d’Amérique
    par Emmanuelle Haim, doctorante en histoire, Sorbonne Université, centre Roland-Mousnier
  • 10h40
    Gabriel Hanotaux et Jules Jusserand vus au prisme parisien d’Étienne de Nalèche, directeur du Journal des Débats, pendant la Première Guerre mondiale : portraits croisés, relations franco-américaines et réseaux de sociabilité
    par Odile Gaultier-Voituriez, responsable de la coordination archivistique et documentaire du centre de recherches politiques (cevipof) et du centre d’histoire (chsp) de Sciences Po
  • 11h
    Discussion
  • 11h20
    Pause
  • 11h35
    France/Allemagne - Le ministre et l’ambassadeur, Gabriel Hanotaux, Jules Herbette et les fêtes de Kiel (juin 1895)
    par Patrice Pipaud, doctorant en histoire, université de Nantes
  • 11h55
    Jean-Jules Jusserand : un ambassadeur français et le sport
    par Paul Dietschy, professeur d’histoire contemporaine, université de Franche-Comté
  • 12h15
    Discussion
  • 12h30
    Pause déjeuner

Lundi 13 décembre 2021 après-midi
France-Amériques - Hôtel Le Marois, Paris

2e partie - Hanotaux et Jusserand : artisans d’une diplomatie culturelle
Présidence : John Crawford, vice-président du conseil des gouverneurs de l’Hôpital américain de Paris

  • 14h45 Propos introductif - Jean-Claude Beaujour, vice-président de France- Amériques
  • 14h50
    La revue franco-américaine The New France. An Illustrated Monthly Magazine of Franco-American Relations (1917-1921) : un organe de la diplomatie de Gabriel Hanotaux et de Jules Jusserand
    par Christine Gouzi, professeur d’histoire de l’art moderne, Sorbonne Université
  • 15h10
    Le milliardaire et le diplomate. Le rôle de Jules Jusserand dans la donation Rockefeller pour le château de Versailles
    par Fabien Oppermann, inspecteur général, ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation
  • 15h30 Discussion
  • 15h45 Pause
  • 16h
    Gabriel Hanotaux et ses réseaux canadiens : une place à part pour le Canada dans les relations France-Amérique ?
    par Françoise Le Jeune, professeur au Centre de recherche en histoire internationale et atlantique (CRHIA), université de Nantes
  • 16h20
    Jules Jusserand et les représentations américaines de la défaite et de la retraite serbe, octobre 1915 - février 1916
    Stanislav Sretenovic, directeur de recherche, Institut d’histoire contemporaine de Belgrade
  • 16h40
    Discussion

Mardi 14 décembre 2021
France-Amériques - Hôtel Le Marois, Paris

  • 9h15 Accueil

3e partie - Un monde nouveau : Hanotaux, Jusserand et la montée des États-Unis sur la scène internationale. Les nouvelles formes de l’action diplomatique dans le sillage de la Première Guerre mondiale
Présidence  : André Kaspi, professeur émérite des universités

  • 9h30 Introduction
  • 9h50
    Les débuts de la mission Jusserand aux États-Unis (1903-1905)
    par Gérald Sim, Professeur agrégé et docteur en histoire contemporaine, université de Nantes - en visioconférence
  • 10h10
    Gabriel Hanotaux, Jules Jusserand et la montée des États-Unis sur la scène internationale (de la fin du XIXe siècle aux années 1920)
    par Séverine Boué, docteur en histoire, chargée de projets scientifiques à l’Agence nationale de la Recherche (anr) - en visioconférence
  • 10h30 Discussion
  • 10h45 Pause
  • 11h
    Sur la notion de propagande : l’ambassadeur, le consul, le haut-commissaire et les autres (1915-1920)
    par Anne Sigaud, doctorante en histoire contemporaine à Sorbonne Université (SIRICE)
  • 11h20
    Gabriel Hanotaux, Jules Jusserand et l’Amérique : des sources encore inédites
    par Isabelle Nathan et Clément Noual, conservateurs du patrimoine, Archives diplomatiques
  • 12h Conclusions
    Stanislas Jeannesson, professeur d’histoire contemporaine, université de Nantes et Philippe Zeller, ancien ambassadeur de France au Canada, président de l’Institut France-Canada de France-Amériques
  • 13h Fin de colloque.

Actualités

27 Octobre 2022 - 28 Octobre 2022 Colloque
11 Juillet 2022 Annonce
30 Juin 2022 - 2 Juillet 2022 Colloque
30 Juin 2022 - 1 Juillet 2022 Colloque

Les membres

Ingénieur de recherche honoraire
Professeur émérite
Professeur / Professeure
Conservateur général du patrimoine
Maître de conférences
Ingénieur d’études
Conservateur en chef du patrimoine
Maître de conférences
Professeur émérite
Maître de conférences
Ingénieur d'études honoraire
Analyste de sources anciennes

Ouvrages récents

Limites ; méthodes et disciplines
Revue scientifique et technique des monuments historiques
Instruction visuelle et conservation des espèces dans l’État de New York (1869-1914)
portraitiste du monde sauvage
histoire d'un dispositif