Angkor Wat. Patrimoine transculturel ou "Global Art History" ?

Angkor Wat. Patrimoine transculturel ou "Global Art History" ?

Twitter Facebook Google LinkedIn Print E-mail
"Le temple d’Angkor Wat à l’Exposition coloniale internationale", Paris 1931 (carte postale, collection privée Michael Falser)

Type

Type: 
Conférence

Date

Date: 
9 Mars 2018

Lieu

Lieu: 
Galerie Colbert salle ingres (2e étage) 2 rue Vivienne 75002 Paris, de 18h à 20h

La conférence est conçue comme un dialogue interdisciplinaire au sein du réseau de recherche du Centre André Chastel, du Centre de Recherche sur l’Extrême-Orient de Sorbonne Université (CREOPS) et du Laboratoire d’Excellence « Écrire une Histoire Nouvelle de l’Europe » (LabEx EHNE).

Professeur invité à Sorbonne Université, Michael Falser se propose d’introduire l’approche méthodologique de la Global Art History. Sa conférence se focalisera sur la pensée de la « transculturalité » dans la formation du concept moderne de « patrimoine culturel » dont il retracera les trajectoires coloniales, postcoloniales-nationalistes et mondiales.
Pour ce faire, Michael Falser s’appuiera sur une étude de cas, objet d’un ouvrage à paraître (De Gruyter, Berlin, octobre 2018), à savoir le temple d’Angkor Wat au Cambodge (xiie siècle), l’une des plus grandes architectures au monde. En présentant plusieurs aspects peu étudiés dans l’histoire moderne et contemporaine du temple, l’étude plaide pour le concept d’une histoire connectée et partagée qui s’est formée graduellement dans les interstices transculturels des projets européens et asiatiques. La conférence examinera les vies multiples du temple d’Angkor Wat en couvrant une période de 150 ans, de 1866 à 2016. Elle présentera plusieurs « zones de contact » entre le Cambodge et la France : la redécouverte du temple « dans la jungle » au milieu du xixe siècle ; ses représentations dans les musées français (le musée Khmer à Compiègne et le musée Indochinois au palais du Trocadéro à Paris) et lors des expositions universelles et coloniales de Paris et Marseille (1867 et 1937) ; sa transformation « sur place » par l’École française d’Extrême-Orient (1900-1970) dans une « ruine » parfaitement restaurée le long d’un nouveau parcours touristique du « Parc archéologique d’Angkor » (créé en 1925) ; son appropriation idéologique et identitaire dans le Cambodge indépendant, sous les Khmers rouges et pendant l’occupation vietnamienne, et, finalement, son making of and afterlife comme patrimoine culturel de l’humanité, inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l’Unesco (1992).

−−
Accueil
Alexandre Gady, Isabelle Ewig
Direction du Centre André Chastel

Conférence
Michael Falser
Professeur invité, UFR Art et Archéologie, Sorbonne Université

Réponse thématique
L’Histoire de l’architecture comme histoire croisée
Jean-Baptiste Minnaert
Professeur d’histoire de l’art contemporain, Centre André Chastel, Sorbonne Université

Réponse thématique
L’architecture japonaise ou japoniste ?

Jean-Sébastien Cluzel
Maître de conférences, Centre de recherche sur l’Extrême-Orient (CREOPS), Sorbonne Université

Président de séance
Dany Sandron
Professeur d’histoire de l’art du Moyen Âge, Responsable de l’axe 7, (Traditions nationales, circulations et identités dans l’art européen) du LabEx « écrire une histoire nouvelle de l’Europe » (EHNE)

−−

Bibliographie
• « Krishna and the plaster cast. Translating the Cambodian temple of Angkor Wat in the Colonial Period », Transcultural Studies, n°2, 2011 [en ligne]
• « From Gaillon to Sanchi, from Vézelay to Angkor Wat. The Musée Indo-chinois in Paris : A Transcultural Perspective on Architectural Museums », RIHA Journal, 2013 [en ligne]
• « Un regard sur la collection des moulages d'Angkor de Louis Delaporte », in Musée Guimet (éd.), Angkor - Naissance d'un mythe. Louis Delaporte et le Cambodge, cat. expo., Paris, Gallimard, 2013
• "Archaeologising" Angkor? Heritage between Local Social Practices and Global Virtual Realities, Heidelberg, Springer, 2013. [open access]
• « The first Plaster Casts of Angkor for the French métropole: From the Mekong Mission 1866-68, and the Universal Exhibition of 1867, to the Musée Khmer of 1874 », Bulletin de l'Ecole francaise d'Extreme-Orient, 99 (2012-13) [2014] [voir persée]
Cultural Heritage as Civilizing Mission. From Decay to Recovery, Heidelberg: Springer 2015. [en ligne]
o « Representing Heritage without Territory—The Khmer Rouge at the UNESCO in Paris during the 1980s and their Political Strategy for Angkor » [free access]
o « Epilogue: Clearing the Path towards Civilization – 150 Years of “Saving Angkor” » [free access]
• « Cultural Heritage as Performance – Re-Enacting Angkorian Grandeur in Postcolonial Cambodia (1953-1970) », in Ruth Craggs et Claire Wintle (éds.), Cultures of Decolonisation. Transnational Productions and Practices, 1945-70, Manchester, Manchester UP, 2016 [free access]
• « Colonial appropriation, physical substitution, and the metonymics of translation : Plaster casts of Angkor Wat for museum collections in Paris and Berlin », in Corinna Forberg et Philipp Stockhammer (éds.), The transformative power of the copy. A transcultural and interdisciplinary approach, Heidelberg , Heidelberg UP, 2017 [open access]

Fichier attaché

Les membres

Assistante médiation culturelle et scientifique
Directeur de recherche honoraire
Maître de conférences
Maître de conférences
Directeur
Professeur émérite
Maître de conférences
Maître de conférences
Membre honoraire
Chargé de recherche honoraire
Assistante en documentation